Publié le

Lavage du linge à basse température

Introduction

La sensibilisation croissante de la société à la nécessité de préserver notre planète se traduit par d’importants changements d’habitudes qui tendent vers une utilisation plus responsable et durable des ressources disponibles. La forte consommation d’eau et d’énergie résultant de nos pratiques quotidiennes contribue de manière significative à l’impact environnemental, en surexploitant les ressources naturelles et en générant des émissions de polluants atmosphériques (CO2).

Les processus de lavage du linge sont des processus énergivores et hydrovores, de sorte que la conception de nouveaux systèmes de lavage pensés pour agir à basse température aura un effet majeur sur la réduction de l’impact environnemental.

 

“Réduire de 3 °C la température moyenne de lavage en Europe, c’est économiser l’équivalent de la consommation annuelle d’électricité de plus de 300 000 habitants.” (1)

Processus de lavage du linge

Le lavage du linge est le processus de lavage conçu pour éliminer efficacement les salissures incrustées dans les tissus.

lavado a baja temperatura

Au cours de ce processus de lavage, les salissures sont éliminées en combinaison et en optimisant les quatre facteurs suivants, qui influent directement sur le processus de lavage : Action chimique, action mécanique, température et durée. Ces quatre variables sont schématisées dans le cercle de Sinner.

Selon le cercle de Sinner, lorsque l’une des quatre variables d’un processus de lavage donné est modifiée, celle-ci doit alors être compensée par les autres afin de maintenir des résultats de lavage équivalents.

La température s’avère donc l’un des paramètres fondamentaux du processus de lavage, qui influe non seulement sur la détergence, mais aussi sur de nombreuses autres actions associées :

 

AVANTAGES INCONVÉNIENTS
  • Multiplie l’action du détergent.
  • Affaiblit la force d’adhérence des salissures sur la surface.
  • Facilite le mouillage.
  • Réduit la viscosité des graisses et des huiles, facilitant ainsi leur élimination.
  • Élimine les micro-organismes.
  • Active les agents chimiques oxydants.
  • Accroît les coûts énergétiques des lavages.
  • Peut modifier les propriétés des tissus.
  • Peut entraîner le rétrécissement des certaines fibres.
  • Peut entraîner la décoloration des teintures non résistantes.
  • Augmente le risque de formation de tartre.

 

Au cours du processus de lavage du linge, le meilleur moyen pour compenser la baisse de température est de modifier la variable de l’action chimique, en utilisant des détergents spécialement conçus pour agir à basse température. En revanche, il n’est pas recommandé d’intensifier l’action mécanique (rotation du tambour, frotter avant de laver en machine, etc.), car si celle-ci est excessive, elle peut altérer les propriétés des tissus, en détériorant leur apparence (décoloration, bouloches) et en réduisant leur durée de vie utile, ni de prolonger la durée, afin d’éviter de nuire à l’efficacité du processus.

Lavages à basse température

La nécessité de réduire la consommation d’énergie associée au processus de lavage du linge s’est traduite par la mise au point de nouveaux systèmes de lavage capables d’éliminer les salissures à basse température, à travers des cycles de lavage courts, en réduisant la consommation d’eau, et tout en offrant une protection maximale des tissus.

Ces systèmes de lavage sont basés sur des produits détergents enzymatiques, associés à des agents de blanchiment spécialement conçus pour agir à basse température.

 

Détergents enzymatiques

Les détergents enzymatiques incorporent des enzymes qui agissent comme des catalyseurs dans l’élimination des salissures d’origine biologique, telles que les taches de sang, de lait, d’œuf, de sauce, entre autres. Ils contribuent à briser les molécules de saleté en fragments plus petits et plus solubles, et donc, plus faciles à éliminer dans le bain de lavage.

Les enzymes les plus couramment utilisés pour le lavage du linge sont les suivants :

  • Protéases : Enzymes qui agissent spécifiquement contre les taches d’origine protéique. Par exemple : sang, viande ou herbe.
  • Amylases : Enzymes qui agissent spécifiquement contre les taches d’amidon. Par exemple : pomme de terre, riz, pâtes ou bouillie.
  • Lipases : Enzymes qui agissent spécifiquement contre les huiles et les graisses d’origine végétale et animale.
  • Mannanases : Enzymes qui agissent contre les taches de chocolat, d’épaississants, de sauces, entre autres.
  • Pectinases: Enzymes qui agissent contre les taches de tomate, de banane, de yaourt, etc.

Les cellulases, des enzymes qui agissent sur les fibres de coton pour récupérer la blancheur des tissus et prévenir le boulochage, sont également utilisés.

En conséquence, outre leur action spécifique et sélective sur les différents types de salissures pour lesquels ils sont conçus, les enzymes permettent d’obtenir une action synergique au niveau de la détergence primaire et secondaire, qui permet également d’éliminer efficacement d’autres types de salissures d’origine très diverse.

 

Agents de blanchiment à basse température

Les agents de blanchiment sont des composés chimiques oxydants qui non seulement agissent efficacement contre les salissures sensibles à l’oxydation, comme les taches de vin, de thé ou de café, mais permettent aussi de récupérer la blancheur du linge (notamment en ce qui concerne les tissus en coton). En outre, leur haut pouvoir oxydant leur confère une action antibactérienne qui réduit la charge de micro-organismes et garantit une hygiène optimale des tissus.

Le chlore (hypochlorite de sodium – eau de Javel) a été traditionnellement l’un des agents chimiques de blanchiment les plus utilisés, et il est encore largement utilisé aujourd’hui, en raison de son faible coût et de son haut pouvoir de blanchiment à basse température. Cependant, le chlore présente certains inconvénients majeurs, car il ne peut être utilisé qu’avec du linge blanc et son fort pouvoir oxydant, particulièrement agressif, entraîne une diminution de la durée de vie des tissus. Comme alternative au chlore, le peroxyde d’hydrogène a été largement utilisé pour l’oxydation du linge de couleur ; toutefois, il n’est efficace qu’à une température supérieure à 70 °C et implique un coût énergétique élevé.

En réponse à la tendance croissante vers des lavages à basse température, de nouveaux agents de blanchiment, actifs à basse température (environ 40-50 °C), ont été développés ces dernières années, comme : Acide peracétique, percarbonate de sodium (activé par TAED) ou acides peracétiques organiques (comme l’acide phtalimidoperoxycaproïque – PAP). Ils permettent tous d’obtenir d’excellents résultats en matière de blanchiment et d’élimination des salissures à basse température, en garantissant une protection maximale des tissus et en renforçant l’action antibactérienne du processus de lavage.

 

lavado de manchas a baja temperatura

Conclusions

La nécessité de réduire la consommation d’énergie associée aux processus de lavage du linge s’est traduite par la mise au point de nouveaux systèmes de lavage capables d’éliminer les salissures à basse température, à travers des cycles de lavage courts, en réduisant la consommation d’eau et offrant une protection maximale des tissus.

Pour conserver le pouvoir de détergence au cours du processus, la réduction de la température a été compensée en concevant de nouveaux détergents spécialement formulés pour agir à basse température et basés sur l’association de la technologie enzymatique et de nouveaux agents de blanchiment oxygénés, qui agissent en synergie au cours du cycle de lavage afin d’obtenir un niveau optimal de détergence et de récupérer le degré de propreté et d’hygiène d’origine du linge.

 

Références bibliographiques :

https://iprefer30.eu